Top 3 - Régions des lecteurs : Genève, Lausanne, Zurich
x

mardi 23 août 2016

Pokémon GO sorti en Suisse le 16 juillet

Déjà plus d'un mois que je capture ces petits montres avec mes fistons. On fait des promenades dans la région "presque" comme d'habitude... c'est la manière d'effectuer la promenade qui a changé. Soudain, alerté par un mouvement d'herbes sur la carte, géolocalisé à une dizaine de mètres de nous, nous nous précipitons pour découvrir un Salamèche derrière un buisson puis nous l'attrapons. On revient sur notre parcours mais le plus grand s'écrie: "Vite papa, il y a un monument de l'autre côté de la rue !" Cool quatre pokéball et un oeuf à incuber en marchant 2 km de plus.


Ce jeu allie découverte, collection et évolution. Il propose aux joueurs de sortir de chez eux, de parcourir la rue, le quartier, la ville voire le pays. C'est un "free to play" qui ne nécessite pas un investissement "in game" de folie mais jouable sur smartphone de temps à autre pour continuer sa collection tranquillement et faire évoluer ces Pokémon. La discussion IRL (in real life) remplace le "chat" des gamers, la chaise laisse la place aux baskets pour marcher, courir ou parcourir des distances rapidement en trot ou skate avec comme objectif de capturer le plus de Pokémon et les plus rares si possible (attention, message pour les papas: ne tombez pas dans le piège de les chasser en conduisant, c'est mal !).

Les serveurs sont encore un peu "délicats" dans cette phase de mise en production mais c'est jouable avec un peu de patience. Il est toutefois à relever des risques importants que je dois partager en tant que papa 3.0 :
  1. Le fait d'avoir des points de rencontre fixes, géolocalisés, comme des arènes ou monuments est tout de même un risque potentiel de voir des détraqués cherchant à croiser des enfants (sans rentrer dans les détails...).
  2. Les enfants qui adorent le côté collectionnite (donc presque tous) seront tentés d'aller plus loin, sortir de l'aire de jeu habituelle ou de la zone de promenade du quartier pour découvrir d'autres spots et peut-être se perdre, donc restez vigilants!
  3. Marcher ou courir c'est très bien. Mais traverser des routes en étant focalisé sur son smartphone avec la carte affichée sur l'écran pourrait faire oublier la voiture qui arrive à toute vitesse ou les marches d'escaliers, faites quelques tours avec vos enfants pour capturer ensemble les premiers Pokémon et profitez-en pour expliquer les bonnes pratiques.
En dehors de ces éléments, téléchargez le jeu! Non, n'ayez pas trop peur des droits sur les images de la galerie ou autres accès sur votre téléphone (cam, position, compte Google,...), permissions que d'ailleurs vous avez donnés à d'autres applications déjà installées (Facebook, Foursquare, Instagram, ...). Oui, la question de base est : faut-il accepter d'échanger des données personnelles contre une app gratuite ? Vous profitez de nouvelles technologies, alors sûrement que Big brother vous surveille déjà, même par le biais de vos systèmes d'exploitation, d'ailleurs qui a installé Windows 10 ?

Si vos enfants y jouent déjà, faites un peu de chasse aux Pokémon avec eux (lancez l'idée d'un "Pokéwalk" en famille ou entre voisins!). Nous n'avons pas fini d'entendre parler de ce jeu qui est innovant de par l'utilisation de la réalité augmentée mais aussi par son approche sociale qui change la donne dans l'univers du gaming électronique de masse. Il y a bien entendu du business derrière tout ceci, ne nous voilons pas la face.

2 commentaires :

  1. Pokemon go fait fureur en france.En suisse c'est pareil?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En Suisse, j'ai même vu des arènes passer d'équipe en équipe dans un village perdu ;). A Genève les joueurs sont autour des level 25 à 30, ça prend pas mal.

      Supprimer