Top 3 - Régions des lecteurs : Genève, Lausanne, Zurich
x

dimanche 25 mai 2014

L'éducation selon Maître Noguchi : la notion de danger

Comment faire comprendre à un enfant le danger de certaines situations ? Comment éviter qu'il se mette en situation périlleuse et dangereuse, lorsqu'il ignore le danger ?


Maître Noguchi recevait des mères avec leur enfant lors de ses journées de consultation. Un jour, un enfant se mit à se pencher par la fenêtre et un adulte, dans la salle d'attente, lui a crié : « Fais attention ! » et il a essayé de l'empêcher de grimper. Mais l'enfant lui a échappé et est monté sur le bord de la fenêtre, risquant ainsi de tomber dans la cour. « C'est terrible, a dit la mère : il ne fait pas attention au danger et on ne peut pas le tenir ! »

Maître Noguchi raconte : « Je me suis approché et j'ai dit à l'enfant de faire tomber une bouteille par la fenêtre. Évidemment, la bouteille a volé en éclats en heurtant le sol.  - Si tu tombes, lui ai-je dit, tu te casseras en mille morceaux, exactement comme cette bouteille. A la suite de cela, le garçon est revenu cinq ou six fois, mais pas une seule fois il ne s'est approché de la fenêtre. Sa mère m'a dit qu'à la maison aussi il avait arrêté de faire des choses dangereuses. »

Maître Noguchi donne l'explication suivante : « Cet enfant ne faisait pas des choses dangereuses parce qu'il était particulièrement courageux, ni parce qu'il se moquait du danger. Il faisait cela parce qu'il était ignorant. Quand ce garçon a vu comment la bouteille se cassait, il n'a pas supporté la pensée que la même chose allait lui arriver, et donc il a cessé de faire des choses comme se pencher par une fenêtre ou grimper sur le rebord. »

« Si un enfant ne s'est pas rendu compte du danger, vous pouvez lui dire autant de fois que vous voulez que c'est dangereux de grimper sur un appui de fenêtre, il sent seulement qu'on veut restreindre sa liberté. Il résiste à la contrainte qu'il ressent et fait justement ce que ses parents n'aiment pas qu'il fasse. Dans un cas comme celui-là, plus les parents disent à l'enfant de faire attention, moins l'enfant accepte ce qu'ils disent. Ainsi, en forçant un enfant, par un grand nombre de mots que l'on utilise, à écouter une réprimande qu'il ne comprend pas, on le rend insensible à toute réprimande. Dans un cas comme celui qu'on vient de voir, il faut faire en sorte que l'enfant sente par lui-même le pourquoi de la réprimande. » Et c'est en sacrifiant une bouteille ou un vase ou une ampoule que l'on peut ainsi sensibiliser l'enfant au danger.

Lorsque l'enfant a compris ce que signifie le mot dangereux en ayant vu ce qui lui arriverait en cas de chute, il comprendra lorsqu'on lui dira : « C'est dangereux ! » et pensera que c'est gentil de lui dire cela. Mais une enfant qui n'a pas la connaissance du danger par l'expérience, va ressentir une contrainte et la sensation qu'il n'est pas libre va le rendre résistant à cette contrainte extérieure.

Conclusion : Faire comprendre le danger non pas par des mots mais par une expérience sensible. Par exemple, avec une bouteille qui se casse. Un enfant résiste parce qu'il déteste sentir qu'on lui restreint sa liberté ; s'il décide par lui-même d'éviter le danger qu'il a compris, il adoptera un comportement prudent sur la durée. Si un enfant ne comprend pas une réprimande particulière, il peut devenir insensible à toutes les réprimandes.

On voit que le but ou l'idéal, c'est que l'enfant décide de lui-même ce qui lui est favorable et évite de lui même ce qui lui sera néfaste et pour cela, il faut qu'il comprenne les dommages que lui occasionnerait telle ou telle attitude ou comportement. Mais ce ne sont pas les mots qui sont les plus efficaces pour cette compréhension ; il faut trouver des expériences très concrètes, visuelles.

On pourrait demander aux parents quelle expérience efficace ils proposeraient sur des questions qui reviennent certainement dans toutes les familles, par exemple :

Quelle expérience fera qu'en enfant renonce de lui-même à abuser des sucreries ? (Et ceci alors que ce sont souvent les adultes eux-mêmes qui encouragent ces sucreries, même si l'on connaît bien maintenant leurs effets néfastes sur l'organisme !) Quelle expérience pour qu'un enfant adopte les codes sociaux de politesse ? ...

Suggestions bienvenues !

L'éducation selon Maître Noguchi :


Aucun commentaire :

Publier un commentaire