Top 3 - Régions des lecteurs : Genève, Lausanne, Zurich
x

jeudi 30 janvier 2014

L'éducation selon Maître Noguchi : la louange II

La petite fille rangée. Maître Noguchi donne encore l'exemple d'une mère venue le consulter à propos de sa fille. Sa petite fille ayant une fois rangé sa chambre, la mère l'a complimentée en lui disant : « Tu es très douée pour mettre de l'ordre partout. Comme tout est bien rangé ici, et là aussi ! » Après qu'elle a entendu cela, la fille s'est mise à tenir sa chambre impeccablement en permanence. Elle nettoyait dans tous les recoins, en déplaçant même les meubles pour y arriver. Mais sa mère, après lui avoir dit une fois : « Ah, comme tu as bien tout rangé ! », en vint à trouver naturel que sa fille range sa chambre et, après lui avoir fait des compliments peut-être deux ou trois fois, elle cessa de dire quoi que ce soit...



Le résultat fut que l'on trouva de l'eau dans des chaussures qui avaient été laissées sous la véranda. Et cette petite fille, quand un de ses frères et sœurs rangeait un endroit, allait y déchirer du papier et en mettre des petits bouts partout. Elle pensait que c'était parce que des endroits de la maison dont d'autres enfants s'occupaient étaient bien rangés qu'on ne lui faisait pas de compliments sur l'endroit dont elle s'occupait, elle. Elle voulait qu'on trouve le lieu dont elle était responsable plus propre que les autres. Parce qu'elle rangeait cet endroit pour qu'on lui fasse des compliments, il ne lui restait pas d'autres choix que de mettre du désordre dans une autre pièce qui était bien rangée.

On voit que la petite fille veut continuer à s'attirer des éloges en voulant prouver qu'elle est meilleure que les autres et ainsi, elle va jusqu'à mettre le désordre chez son frère si la chambre de celui-ci est aussi bien rangée ou mieux rangée que la sienne. Elle agit pour se distinguer ou pour qu'on la distingue. C'est le besoin d'attirer le regard élogieux de sa mère qui motive ses actes. Maître Noguchi ose une analogie avec l'homme vertueux : « La petite fille était exactement comme le genre d'homme qui se considère comme un pilier de la vertu. Il réussit à préserver ce sentiment qu'il a d'être vertueux en refusant de pardonner aux autres leurs petits défauts et en trouvant à redire à ce que font les autres. C'est pour une raison tout à fait analogue que la petite fille a mis de l'eau dans les chaussures qui étaient sous la véranda. » Toujours faire en sorte que les autres soient moins bien que moi pour que je puisse intérieurement me faire des louanges ou pour en recevoir des autres !

Mais qu'aurait dû dire la mère ? Il semble que la louange à sa petite fille était méritée !
Maître Noguchi : « Si la mère, au lieu de faire porter l'éloge sur le résultat de l'action de la petite fille, avait plutôt mis en lumière la motivation qui était à la racine de cet acte en disant : « Tu aimes que tout soit propre et bien rangé, n'est-ce pas ? Regarde comme tout est bien rangé ici et là aussi », il est sûr que la fille aurait commencé à ranger même l'intérieur des armoires. Si vous comparez les deux expressions : « Tu as bien tout rangé, n'est-ce pas ? » et « Tu aimes que tout soit propre et bien tenu ! », je pense que vous serez d'accord que la deuxième a une signification plus profonde. »

Que faut-il comprendre ? Il s'agirait de chercher la motivation positive dans la personne et de la dire en la valorisant pour qu'elle continue à agir selon cette motivation ; complimenter seulement à partir de ce qui est fait, l'œuvre, pousserait la personnes à tout faire (même à tricher s'il le faut) pour être valorisée grâce à ce qu'elle a réalisé. Il peut être amusant d'observer la motivation de nos actes sous cet angle : est-ce que si je fais ceci ou cela c'est dans le but de paraître meilleur et d'être valorisé par les autres en voulant attirer leurs louanges ? ...

L'éducation selon Maître Noguchi :


Aucun commentaire :

Publier un commentaire