Top 3 - Régions des lecteurs : Genève, Lausanne, Zurich
x

vendredi 8 novembre 2013

L'éducation selon Maître Noguchi : la réprimande - II

Petite synthèse provisoire sur la réprimande. Comme on l'a vu dans les articles précédents, l'excès dans la réprimande devrait être évité. Maître Noguchi : « Une réprimande qui serait comprise si elle était brève ne le sera pas si elle s'étend trop en longueur, et cela simplement parce qu'elle dure trop longtemps. »

Image © noguchi-haruchika.com

Voici l'écueil : « celui qui voit que sa réprimande a atteint son but va triomphalement répéter la même chose ; et de plus il va devenir arrogant. »

Et le remède : « C'est particulièrement quand une réprimande tombe juste qu'il faut être très mesuré dans ses paroles. Et donc, quand une réprimande atteint exactement la cible, il faut être aussi succinct que possible. »

Il faudrait donc que la réprimande soit exprimée simplement et qu'elle ne tombe pas à côté. Éviter le flot de paroles qui va détourner l'attention de l'enfant : celui-ci va alors attendre que cela passe et ne plus rien entendre. Ou encore se demander pourquoi papa ou maman se fâche autant. Et c'est alors l'autorité de la réprimande qui s'effondre.

D'autre part, il faut bien évidemment que le bien-fondé de la réprimande soit reconnu. Il faut que la raison qui motive la réprimande soit comprise par l'enfant.

Pour résumer le programme tel qu'il est proposé jusqu'ici par Maître Noguchi :
  • préparer la réprimande
  • utiliser les mots que l'autre comprend
  • ne pas s'étendre
  • éviter de charger la réprimande d'émotions comme la colère
  • veiller à ce que l'autre comprenne le bien-fondé de la réprimande.
Les articles suivants montreront que la meilleure des réprimandes comporte une part de louange !

L'éducation selon Maître Noguchi :


Aucun commentaire :

Publier un commentaire